السبت، 25 فبراير، 2017

وصف البحر بالفرنسية



وصف البحر بالفرنسية
تعبير عن البحر بالفرنسية
تعبير عن العطلة الصيفية بالفرنسية
تعبير عن رحلة قمت بها باللغة الفرنسية
مواضيع تعبير باللغة الفرنسية
تعبير عن تلوث البحر بالفرنسية
موضوع عن عطلة الصيف
la mer
Se réveiller un peu plus tôt que d’habitude et sortir déjeuner dans le jardin sont les prémices d’une journée parfaite. Sentir le vent sur la peau, l’odeur de l’herbe fraichement coupée et respirer à pleins poumon. Le petit déjeuner sur la terrasse, les pieds nus, et le soleil qui cogne nous rappellent comme on aime ces dimanches-là.
Soudain, courir dans le salle de bain, au passage attraper le maillot de bain, et se presser, un peu. Dans la cuisine, on sélectionne avec attention le menu du jour. Des tomates, du jambon et un peu de pain. Et pourquoi pas, du fromage. Les pique-niques d’été ont un goût d’enfance. La bonheur se cache dans la simplicité.
Dans la voiture, on entrouvre les fenêtres. On monte le volume, un peu. On chante faux, on se raconte des anecdotes. Il fait beau. Sur la gauche, on observe Carcassonne. On ouvre les yeux en immense.  A l’arrivée, on se presse. Le premier pas sur le sable brûlant. On pose le sac un peu trop vite, on se déshabille à la hâte et on court dans l’eau. On s’éclabousse, on nage vers le large. Tout à coup, on regarde ce ciel bleu immense, cet infini qui s’offre à nous. On se sent libre. A ce moment-là, la vie parait si simple.
Vers 18 heures, on longe le port. A nouveau, on ouvre grand les yeux et on se sent léger. Comme chaque été, on trouve cet endroit sublime. Comme chaque été, on se dit qu’on aimerait bien y vivre plus qu’une saison. Comme chaque été, on se projette un peu. La luminosité, la douceur de vivre, et toutes ces vagues qui font chavirer. On laisse vagabonder nos pensées et on oublie déjà.
Avant de partir, on boit un verre. Vue sur la mer. Plus que tout, c’est la vue qui importe. On savoure. On retarde le départ de quelques minutes, parfois quelques heures. Et si on allait au restaurant d’en face. Les restaurants en bord de mer sont toujours les meilleurs. Allez, on reste. On se mélange à tous les touristes qui ne pensent, eux, pas au lendemain. On leur vole un peu de leur apaisement. Si demain, on sera à nouveau au bureau, là tout de suite, on est des vacanciers nous aussi. Au loin, la lumière s’éteint.
Le bonheur ressemble à un dimanche à la mer.
      
 les plus belles descriptions sur la mer



Je menais à Naples à peu près la même vie contemplative qu’à Rome chez le vieux peintre de la place d’Espagne ; seulement, au lieu de passer mes journées à errer parmi les débris de l’Antiquité, je les passais à errer ou sur les bords ou sur les flots du golfe de Naples. Je revenais le soir au vieux couvent où, grâce à l’hospitalité du parent de ma mère, j’habitais une petite cellule qui touchait aux toits, et dont le balcon, festonné de pots de fleurs et de plantes grimpantes, ouvrait sur la mer sur le Vésuve, sur Castellamare et sur Sorrente.


Quand l’horizon du matin était limpide, je voyais briller la maison blanche du Tasse, suspendue comme un nid de cygne au sommet d’une falaise de rocher jaune, coupée à pic par les flots. Cette vue me ravissait. La lueur de cette maison brillait jusqu’au fond de mon âme. C’était comme un éclair de gloire qui étincelait de loin sur ma jeunesse et dans mon obscurité. Je me souvenais de cette scène homérique de la vie de ce grand homme, quand, sorti de prison, poursuivi par l’envie des petits et par la calomnie des grands, bafoué jusque dans son génie, sa seule richesse, il revient à Sorrente chercher un peu de repos, de tendresse ou de pitié, et que, déguisé en mendiant, il se présente à sa sœur pour tenter son cœur et voir si elle, au moins, reconnaîtra celui qu’elle a tant aimé.


« Elle le reconnaît à l’instant, dit le biographe naïf, malgré sa pâleur maladive, sa barbe blanchissante et son manteau déchiré. Elle se jette dans ses bras avec plus de tendresse et de miséricorde que si elle eût reconnu son frère sous les habits d’or des courtisans de Ferrare. Sa voix est étouffée longtemps par les sanglots ; elle presse son frère contre son cœur. Elle lui lave les pieds, elle lui apporte le manteau de son père, elle lui fait préparer un repas de fête. Mais ni l’un ni l’autre ne purent toucher aux mets qu’on avait servis, tant leurs cœurs étaient pleins de larmes ; et ils passèrent le jour à pleurer sans se rien dire, en regardant la mer et en se souvenant de leur enfance. »


II


Un jour, c’était au commencement de l’été, au moment où le golfe de Naples, bordé de ses collines, de ses maisons blanches, de ses rochers tapissés de vignes grimpantes et entourant sa mer plus bleue que son ciel, ressemble à une coupe de vert antique qui blanchit d’écume, et dont le lierre et le pampre festonnent les anses et les bords ; c’était la saison où les pêcheurs du Pausilippe, qui suspendent leur cabane à ses rochers et qui étendent leurs filets sur ses petites plages de sable fin, s’éloignent de la terre avec confiance et vont pêcher la nuit à deux ou trois lieues en mer jusque sous les falaises de Capri, de Procida, d’Ischia, et au milieu du golfe de Gaëte.


Quelques-uns portent avec eux des torches de résine, qu’ils allument pour tromper le poisson. Le poisson monte à la lueur croyant que c’est le crépuscule du jour. Un enfant, accroupi sur la proue de la barque, penche en silence la torche inclinée sur la vague, pendant que le pêcheur, plongeant de l’œil au fond de l’eau, cherche à apercevoir sa proie et à l’envelopper de son filet. Ces feux, rouges comme des foyers de fournaise, se reflètent en longs sillons ondoyants sur la nappe de la mer comme les longues traînées de lueurs qu’y projette le globe de la lune. L’ondoiement des vagues les fait osciller et en prolonge l’éblouissement de lame en lame aussi loin que la première vague les reflète aux vagues qui la suivent.


III


Nous passions souvent, mon ami et moi, des heures entières, assis sur un écueil ou sur les ruines humides du palais de la reine Jeanne, à regarder ces lueurs fantastiques et à envier la vie errante et insouciante de ces pauvres pêcheurs.


Quelques mois de séjour à Naples, la fréquentation habituelle des hommes du peuple pendant nos courses de tous les jours dans la campagne et sur la mer nous avaient familiarisés avec leur langue accentuée et sonore, où le geste et le regard tiennent plus de place que le mot. Philosophes par pressentiment et fatigués des agitations vaines de la vie avant de les avoir connues, nous portions souvent envie à ces heureux lazzaroni dont la plage et les quais de Naples étaient alors couverts, qui passaient leurs jours à dormir à l’ombre de leur petite barque, sur le sable, à entendre les vers improvisés de leurs poètes ambulants, et à danser la tarantela avec les jeunes filles de leur caste, le soir, sous quelque treille au bord de la mer. Nous connaissions leurs habitudes, leur caractère et leurs mœurs, beaucoup mieux que celles du monde élégant, où nous n’allions jamais. Cette vie nous plaisait et endormait en nous ces mouvements fiévreux de l’âme, qui usent inutilement l’imagination des jeunes hommes avant l’heure où leur destinée les appelle à agir ou à penser.


ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق